L’Amour est dans le pré, no fear

Publié le 9 août 2013 par Dracko. 2 Commentaires

Me revoilà dans le fil malgré l’ennui terrible planant sur cette saison car soyons réalistes, c’est soporifique sur les deux tiers de chaque émission cette année. En attendant, parlons de celle de lundi dernier.

Francoise Jo et Thierry

La soirée débute chez Françoise avec un Thierry qui fait des oui de la tête et un Joseph qui se plaint encore et toujours. Pour Joseph, ils ne sont pas venus pour faire des tours de poney. Qu’à cela ne tienne, la fermière leur propose d’aller balayer la grange, si ça c’est pas de la séduction! Elle attrape donc son magnifique balai façon Harry Potter, et part préparer la piste pour le prochain tournoi de Quidditch local. En fait, elle fait un combo car s’ils balayent la grange, c’est pour préparer la fête du poney club. Et oui Joseph, tu vas encore faire du poney et je pense même que c’est tout ce que tu vas monter à la ferme…

Fidèle à lui-même, Thierry parle sans arrêt, il vend sa soupe aux amis de Françoise pendant qu’ils font cuire des merguez et des chippos. Françoise voudrait garder les deux et pense que tout aurait été plus simple si un des deux avait été vraiment con. J’ai envie de dire Françoise, c’est pas des lunettes qu’il te faut, c’est un chien…

Francoise Jo et ThierryLa soirée sera placée sous le signe de la cuisine avec asperges, vin et fromage pour tous. Précision utile ami lecteur, le grand truc agaçant et efféminé ce n’est pas l’asperge, c’est Joseph… Si Françoise préfère Thierry, moi aussi, au moins il est marrant, surtout quand il commence à vouloir faire des phrases. Tu sens le gars plein de grandes idées, mais incapable d’aligner deux mots sans commencer à mélanger les consonnes et les voyelles façon scrabble. Il oublie juste que le but est de trouver des mots qui existent…

Le lendemain, ils re-balayent la grange. Y’a pas à dire, cette année confirme les notions de base des années précédentes: dans le monde du cheval, c’est pas chiant du tout…

Après toutes ces émotions, ils se préparent pour aller au marché, surtout Joseph qui s’est faite belle pour sortir. Il est réellement perturbant cet homme, il y a quelque chose de pas clair que je n’arrive pas à cerner, mais je compte sur les journaux de pipeaux-ragots pour nous trouver ses cadavres.

Dans la voiture, il ne peut s’empêcher de faire le moraliste à propos d’une sombre histoire d’électricité et de clôture dont tout le monde se contrefiche. C’est bien entendu Thierry (devenu Titi) qui en prend plein la tête. Alors le Titi se retient pour ne pas coller sa main dans la tronche du gominé…

Arrive l’heure du déjeuner en tête a tête avec un Joseph qui, à sa grande surprise, se fait complètement atomiser par Françoise. Je vous le résume: “Jo t’es lourd”. Elle lui dira aussi qu’avec lui ça ne glisse pas, je pense donc que nous avons très certainement manqué une nuit agitée…

l-amour-est-dans-le-pre-fifi-chapeau

Chez Fifi, après la soirée dansante, sponsorisée par Daxxon, Christelle est toujours fâchée du slow proposé par le fermier. Dire qu’elle fait la gueule, c’est très en-dessous de la réalité. Car Christelle trouve que le Fifi a les mains trop baladeuses, il est bien trop entreprenant à vouloir la toucher comme ça. C’est quand même pas parce qu’elle lui a roulé un palot qu’il faut qu’il s’imagine des trucs…

Pour se remettre, il vont voir les vaches et le Fifi attaque un de ces moments forts dont il a le secret, une fusion totale avec la nature. Il nous fait donc des cris à base de “Pchio, pchio”. Au premier abord, c’est très étrange, mais il explique que c’est comme ça que parlent les vaches. Bon d’accord, au deuxième abord, c’est complètement débile. Oups, à ce “langage bovin”, Maryvonne répond. Au temps pour moi, ça marche donc tout bien comme il a dit en fait…

Fifi et Christelle

Fifi et MaryvonneChristelle lui annonce durant une balade que c’est trop dur tout ce dépaysement, mais qu’elle espère garder une belle amitié entre eux. Ah ces fameuses belles amitiés de l’Amour est dans le pré… Bien sûr qu’il dit…

Le soir, c’est son soir. Fifi le DJ va prendre les commandes de la platine de la plus grande discothèque de la région. Je ne sais pas pourquoi, mais je la sens moyennement cette soirée de folie… En tout cas, les deux prétendantes se sont faites belles. Enfin, dans la mesure du possible, tout a une limite.

Le Fifi a revêtu son beau chapeau blanc et dès son arrivée sur la piste de danse, il se lâche sur un zouk de Francky Vincent qui fait très vite monter la température. Entre le chapeau, son gilet d’argent et sa veste en or, il brille de mille feux dans la nuit le fermier. Quand juste après il enchaîne au micro avec sa voix de DJ de kermesse, en plus d’être trop jeune, c’est aussi trop caliente au Fucking Blue Boy Macumba Club.

Et là, twist de folie de la production, sans que je ne comprenne pourquoi, nous retrouvons au petit matin les deux prétendantes dans le même lit. Chez Fifi il se passe des trucs bizarres. Lui part forcément dans les fantasmes: “vous n’avez pas trop fait de bêtises?”. J’ai vomi…
Pris d’une pulsion de bête, il se lâche et se change devant une Maryvonne qui ne supporte pas ce spectacle. A la vue de la réaction outrée de la dame, je le pensais a poil, tous les bouts à l’air, mais il semble qu’il se soit simplement retrouvé torse nu devant elle. Bref, je pense qu’elle a été finie au pipi ou qu’elle n’a pas cuit assez longtemps la Maryvonne, mais quoi qu’il en soit, elle trouve qu’il a un côté rustre et un gentil à la fois, mais veut encore partir.

Le Fifi il en a un peu ras le bol de ces deux nanas. Il ne veut pas d’une femme compliquée, ou qui fasse des manières, alors quand les deux prétendantes annoncent qu’elles ont décidé de partir, il est presque soulagé et se lance dans un débriefing à la Fifi. En gros, il est trop bien et ils étaient trop bien dès le départ alors qu’il aurait préféré de la baston. Moi non plus, je ne comprend pas tout avec le Fifi, il semble être plusieurs dans sa tête parfois…

Audrey Julien et François

De son côté, Audrey cumulant plusieurs activités, elle n’est jamais là, c’est génial.

Pour le déjeuner du jour, on se tape encore ses parents, tout en ajoutant les frères et soeurs. Si j’avais un marteau, ce serait le bonheur… On apprendra pendant ce déjeuner que François, l’homme au bouc roux, fait la sieste tous les jours au boulot pendant une petite demi-heure. C’est cool et ça explique peut-être pourquoi son patron lui a donné les coordonnées de Pôle-Emploi du temps libre pour participer à l’émission… De son côté, plus ça va et plus je trouve que Julien a le rire niais.

Le lendemain, c’est ski, mais sans les parents, youpi! Nouveau déjeuner, car cette année, ils mangent tous tout le temps et discussion en tête-à-tête. Avec Julien d’abord, qu’elle veut découvrir plus et puis François ensuite, qu’elle trouve être un bon pote. Il le prend très bien et décide de faire ses bagages en rentrant pour les laisser tranquilles.

Bref, chez Audrey, c’est pourri de chez mortel.

Jean-Louis et Abigail

Retrouvons notre ami Jean-louis pour une sortie au marché. Il y enchaînera des “ahh ouaiéiis”, “tout simmmmpleeuument”, “maiééés ouaiéiis”, “c’eéééést bieeennnn” devant tout ce qu’il voit. Dans les yeux de Jean-Louis, tout est beau… même ses pulls…

Plus tard, Cathy tape des SMS, et notre fermier il n’aime pas ça. Et puis, il y a un véritable problème de costumes dans cette émission, car Abigail apparaît à l’image avec un pull totalement improbable. Un truc fait main dans un goulag, avec les restes de pelotes de toutes les couleurs invendues. Un truc à te donner l’impression que c’est tes poubelles qui te sortent… C’est simple, le plus beau sur ce pull, c’est les trous.

Au détour d’une douce conversation, bercée par le ronflement du tracteur, Cathy dit à Jean-Louis qu’elle est très câlins, ce à quoi il répond être très préliminaires… Elle lui annonce dans la foulée ne pas avoir de sentiments, croyant sûrement que ça peut la protéger des assauts du mâle en manque.

Jean-Louis et AbigailAbigail sera la suivante dans son tracteur. Elle commence à délirer, certainement le mal de la montagne, trouvant qu’ils ont “une sensibilité différente mais identique”. Elle se dit prête à avancer avec lui, ce qui est plutôt pratique quand on partage le même tracteur. Le Jean-Louis est tout content car il ressent des choses, et “si ça continue à grossir comme ça, ça va aboutir, tout simmmmpllleuuumeeeennnt”. Bref, il frétille de partout, sortez le sopalin, ça va aboutir on vous dit…

La soirée suivante est la cadre d’un cross-over avec une Audrey comédienne de théâtre. Julien et François sont donc là aussi, je cherche donc le reste de la famille de la miss dans la salle.

Le lendemain matin, tandis que Cathy écrit des SMS, Abigail a le corps fatigué, mais le coeur dans la joie. A un moment Cathy pleure, elle veut partir, alors elle reste.

Jean-Louis propose de les emmener dans son paradis, ils partent dons faire un tour de dameuse. Abigail est sous le charme, Cathy envoie encore des putains de SMS… Sinon, des fois elle baille… Je ne sais pas ce qu’elle fait là, mais je serais le Jean-Louis, je lui dirais bien des choses…

Didier et Stephanie

Pour Didier, point de Super U aujourd’hui, alors il emmène ses prétendantes visiter un gouffre. A la vue de l’ambiance régnant chez lui, c’est un pléonasme de parler de gouffre…

Durant cette visite, Stéphanie gloussera à toutes les vannes pas drôles de Didier et voudra absolument toucher les stalactites et les stalagmites, surtout celles en forme de phallus. Une telle retenue est admirable et la finesse des messages est presque surnaturelle.

Ils enchaînent ensuite avec la visite d’une exploitation porcine. De jolis cochons, à manger dans cinq mois, et des tout petits bébés cochons. C’est tout mignon les bébés cochons et comme dit l’exploitant, on pourra les manger dans un an… Ah, les petits bonheurs et toute cette tendresse, c’est émouvant.

Didier et NadineLe final aura lieu dans un centre de balnéothérapie. Stéphanie dit être dans son domaine dans l’eau. Nadine aime bien aussi et on lui découvre plusieurs tatouages, dont un déjà vu dans le cou. Comment dire, à part dans une prison de l’est, je ne vois pas où on a pu lui faire des trucs pareils. Tout ça c’est gros, gras et moche. Oui, oui, les tatouages aussi…

Bon, je ne vais pas m’étendre plus sur la vie des mammifères marins, alors je ne commenterai pas la partie massage. On a dit pas le physique…

On se revoit logiquement pour la prochaine émission, si je ne craque pas devant un tel déballage et tant de misère humaine!