L’Amour est dans le pré, et hop une brochette

Publié le 31 janvier 2013 par Dracko. 7 Commentaires

L'Amour est dans le PréVoilà déjà sept ans que l’Amour est dans le pré nous régale des cas sociaux agriculteurs des champs et des poufs demoiselles de la ville. Cette nouvelle année ne va pas déroger à la règle et ce sont quatorze nouveaux spécimens qui vont se présenter devant nous sur deux émissions, commençons tout de suite le bal avec les sept premiers de la saison 8.

Thomas de l'Amour est dans le PréThomas, 28 ans, éleveur de chevaux dans la Somme ouvre le bal. Mordu de cheval depuis ses trois ans et son premier poney, il est aussi conseiller agricole pour arrondir ses fins de mois.

Pour cette nouvelle saison, Karine le Marchand commence tout de suite sur les bases habituelles en précisant immédiatement que les étalons de Thomas sont forcément bien montés. Humour campagnard, humour ringard…

Notre Thomas cherche une passionnée de cheval car lui, il en élève, il en fait la semaine, il en fait le week-end, il en fait un sport, il en fait la nuit, bref, il n’arrête jamais. J’ai hâte de voir la tête des heureuses élues car là, Thomas, il cherche une jument…

Pour ceux qui ont suivi les saisons précédentes, tous les candidats faisant dans le cheval ont toujours un petit je ne sais quoi qui en fait des gens à part, des casses-couilles patentés, quoi. Thomas va-t’il changer les choses? J’ai un vague doute quand même…

Quand il parle de lui, il est tout plein de qualités mais aussi autoritaire, exigeant, impatient et colérique. Yes! Quel commercial de l’amour, il s’est trop bien vendu… Sinon, il est aussi pingre économe et chez lui il fait 18 degrés, car quand on a froid, on met un polaire et pas le chauffage. Yes again! Encore, continue, fais toi mal Thomas! Il a surtout le bon profil de célibataire éternel, pas encore remis de sa dernière (et seconde) histoire. La première ayant duré moins de deux mois, nous n’avons pas la même notion du mot “histoire”…

Il veut une fille plutôt fine, nature, qui aime les chevaux mais qui s’habille pour sortir le samedi. Pas la semaine, ce n’est pas la peine, hein Thomas, à poil dans les champs sur des étalons c’est tellement mieux. Il cherche la perle rare qui aura des tunes valeurs, des chevaux projets, de la culture hippique, du respect pour le cheval, l’éducation et la politesse de payer au restaurant… Une femme sans enfants, pas plus vieille que lui en années cheval.

Didier de l'Amour est dans le PréPlace à Didier, éleveur de chèvres qui fait son entrée en gentleman en sifflant tout de suite Karine le Marchand. Et comme elle dit, Karine, “on me siffle et j’arrive”. Mouais, des promesses, toujours des promesses… Dans la foulée, toute excitée par cette entrée en matière, elle traite une chèvre de “petite lécheuse”. C’est caliente chez Didier, elle s’annonce trop torride cette saison, il faut juste aimer les bêtes…

Didier est bricoleur, mais chez les autres, ce qui explique que chez lui c’est ni fait ni à faire. Un bon incendie rendrait peut être le lieu convivial, mais sinon c’est moche.

Pas très sur de lui, il trouve qu’il cogite trop. En toute honnêteté, c’est pas flagrant tout de suite cet intellect hyper développé. Après non plus d’ailleurs…

Il se dit honnête, gentil, serviable et même bonne poire, mais surtout seul depuis un an et demi après trois ans avec une jeunette. La prochaine, qu’elle ait des enfants ou pas, il s’en fiche. Il préfère les brunes mais les autres aussi. Son truc c’est le feeling. Bref après les chèvres, son truc c’est tout ce qui bouge…

Nicolas de l'Amour est dans le PréLe suivant est Nicolas, 33 ans, éleveur de vaches dans le Morbihan. Il sait aussi y faire, alors il attaque le portrait en mode lover avec un cours sur la méthode de castration des veaux. Le tout devant une Karine le Marchand qui pousse des petits cris étranges en proposant de faire de même aux garçons. Faut arrêter la coke sur M6, ça commence à se voir…

Il dit qu’il est nerveux mais pas avec les vaches. Ambiance tamisée dans l’étable, c’est chaud bouillant dans le Morbihan! Mais s’il aime les vaches, il aime aussi ses amis et puis surtout le foot. Ah! Un intellectuel de plus, cette année va être placée sous le signe de la culture dites-moi! Niveau culture donc, sa future fiancée d’amour devra s’entendre avec ses amis et puis aussi aimer le foot car il y va tout les soirs le gars.

Il se dit très timide mais avec beaucoup de caractère et s’étonne du sens de la vie car si jusqu’à ses 27 ans il avait toutes les filles qu’il voulait, depuis c’est fini. Maintenant, vu que le charme du foot n’agit plus, et après avoir été amoureux quatre fois, il aimerait trouver une femme de caractère de son âge, et puis faire des enfants.

Jean-Louis de l'Amour est dans le PréNous retrouvons ensuite Jean-Louis, 51 ans, éleveur de brebis à viande dans les Hautes-Alpes. Karine le Marchand, maniant comédie et subtilité avec panache, arrive en faisant la chèvre, c’est trop bien…

Jean-Louis a une tronche et une voix typique de l’émission. Dès le début il me fait penser à Jean-Michel pour ceux qui se souviennent du phénomène. Il est simple et cherche une femme passionnée, comme lui, par les gros engins (de la ferme). Humour rustique, humour qui pique…

Il possède une dizaine d’hectares, a 3 frères et soeurs et surtout habite au rez-de-chaussée de la maison ses parents, avec eux donc. Mais secrètement, Jean-Louis rêve d’un chalet en bois dans lequel il pourra vivre sa passion de la vie avec sa dulcinée.

Il est très calme le Jean-louis, il se dit toujours heureux alors il cherche une femme ayant un beau caractère, souriante, gentille et douce. Jean-louis n’a pas de type car toutes les filles sont belles, même si quand même, certaines sont vraiment plus belles. Merci Jean-Louis, on a hâte d’y être…

Stephane de l'Amour est dans le PréC’est le tour de Stéphane, 42 ans, éleveur de vaches allaitantes dans les Hautes-Pyrénées, mais surtout maire de sa commune.

Il a perdu un oeil dans un accident de voiture à 20 ans et cela a changé toute sa vie. NB: Soit tranquille Stéphane, pas de discrimination ici, mais franchement, t’es pas super marrant dans ce portrait, pas facile de rigoler pour le coup, fais un effort quoi…

Il commence donc par expliquer que les belles vaches qui sont là vont aller ensuite dans le couloir de la mort. Sympa cette ambiance délire immédiate. Rien de drôle avec Stéphane, trop sérieux pour cette émission, ou alors il cache bien son jeu pour nous surprendre plus tard. Bref, il cherche une femme d’une trentaine d’années, il veut des enfants et n’a aucune exigence physique car il cherche un idéal de vie. Oui, c’est chiant tout ça…

Audrey de l'Amour est dans le PréLa suivante est Audrey, 28 ans, éleveuse de brebis, de poulets et de poules pondeuses depuis 3 ans dans une ferme bio des Hautes-Alpes.

L’hiver, elle travaille dans une station de sports d’hiver et à la Poste de son village pour arrondir ses fins de mois.

A la maison, nous profitons rapidement de Lucien, le papa rustre de service qui gueule tout le temps et devrait se barrer très vite…

Audrey voudrait un homme de caractère, plutôt brun aux yeux verts, qui partage sa passion du ski. Il faudra qu’il fasse le premier pas, mais surtout pas de fautes d’orthographe! Elle dit ça d’une façon qui donne le sentiment qu’elle a tué pour moins que ça par le passé…

Audrey aime aussi lire des notices de montage Ikea livres suédois. Notez que le suédois comme langue de drague, c’est presque aussi beau que l’allemand… Elle termine en précisant qu’elle communique plus par écrit que par oral, ça va être super à la télévision, surtout si c’est en suédois…

Philippe de l'Amour est dans le Pré

Le champion de la soirée c’est à n’en pas douter Philippe, 52 ans, éleveur de vaches à viande dans le Morbihan. Le boucher breton, quoi…

Sourcils roux et cheveux gris, il est super bizarre de la tête Philippe et puis il a le véritable accent local, ça sent bon le candidat rustique tout plein. Et puis, il est tout petit, mais ça n’a rien à voir et puis ce n’est pas sa faute. Mais quand même, on le verrait bien courir dans un fort avec un trousseau de clefs. Enfin, on le verrait peut être pas…

Issu d’une famille d’agriculteurs depuis plusieurs générations, il fait aussi du cidre et puis il a un bon pote, Dédé. Et oui, c’est comme dans les sketchs, on a la totale dans le Morbihan, mais le meilleur est à venir car Philippe est DJ le week-end! Bars et mariages, ça va être du bien lourd avec Philippe Guetta! Oh putain, mais c’est réellement son nom de scène, ça ose tout en Bretagne! Mais s’il fait les vannes tout seul, je fais quoi moi?

Il nous entraîne vers un cours de pressage de cidre arguant que le cidre breton c’est meilleur car fait en Bretagne. Logique bretonne implacable, on ne peut pas lutter contre l’évidence…

Séparé depuis 4 ans de son ex avec qui il était depuis 19 ans, elle est partie le jour de la journée de la femme…  Maintenant, notre King des platines voudrait une femme simple, pas compliquée et gentille. Et puis qu’elle ait des enfants. C’est bon signe ça, pas de reproduction en vue, un bon point pour lui. Les femmes, il les aime jolies, en tout cas du coeur. Il te dit ça l’air bizarre, genre il va falloir opérer pour voir. Il file un peu les jetons le boucher Philippe…

Il pense au coup de foudre pendant l’émission, mais après l’extrait de la soirée DJ diffusé en fin d’émission, je pense au coup de boule: ça ne fait pas avancer le débat, mais ça calmerait ses ardeurs. C’est juste pas possible, dans son habit de lumière à paillettes, il fait peur aux gosses le bougre…

Bon, j’attaque la seconde émission, mais si Philippe ne se trouve aucun défaut, je ne suis pas entièrement d’accord pour le coup et je prend une option sur le gars car ça sent fort la loose dans le coin…