Looper, le film

Publié le 26 novembre 2012 par Dracko. Un Commentaire

LooperJ’ai été perdre deux heures au cinéma devant Looper, actuellement cité comme le film de science fiction de l’année par de nombreux magazines et critiques. Je dois dire que j’en suis très étonné car même si ce n’est pas un navet, il serait à mon avis bien plus à sa place sur TF1 un samedi après-midi que dans une salle obscure.

Le scénario est original, mais tombe très vite dans les invraisemblances habituelles des films parlant de voyage dans le temps. Même si en allant voir ce genre de films au cinéma, je ne cherche pas la rigueur absolue, mais juste à passer un bon moment, j’ai été plus que déçu d’à peu près tout ce que j’ai vu. Ce n’est donc pas un film que j’ai envie de revoir, une fois c’est largement assez (trop?)…

LooperLooperLooper

Le scénario avait l’air pas mal, tout comme la bande annonce. Dans un futur proche la Mafia fait disparaître les gêneurs en les expédiant dans le passé où des tueurs, les “Loopers”, les éliminent. Un jour, Joe, doit tuer son futur lui-même et cela ne se passe pas comme prévu, car la version plus âgée de lui-même lui échappe. Il est revenu du futur pour tuer un enfant qui sinon deviendra le grand méchant. A partir de là, c’est le bordel, même pour les scénaristes d’ailleurs tellement ça part en sucette sans arrêt…

Sans spoiler le film je ne peux rien raconter de la suite, alors sachez juste que c’est trop long et plein de bonnes idées de base mais qui tombent toutes à plat très vite car c’est surtout bourré d’incohérences énormes et de raccourcis pourris. Et puis les acteurs donnent l’impression de ne faire que passer, dans des scènes qui n’ont parfois, ni queue ni tête.

Sur le même thème du voyage temporel, regardez plutôt l’Armée des 12 Singes, Fréquence Interdite ou l’Effet Papillon, mais oubliez ce téléfilm plus que moyen.

Looper

Je relativise un peu car j’ai lu quelque part que les Inrocks parlent de “coup de maître époustouflant”, la plupart du temps, venant d’eux ça veux dire bouse infâme, alors au final on ne s’en sort pas si mal ici!