L’Amour est dans le pré, attention aux bouses

Publié le 10 septembre 2012 par Dracko. 4 Commentaires

C’est déjà le troisième jour de vie à la ferme, et j’ai hâte de savoir ce que Thierry a bien pu faire à cette malheureuse Annie.

L’émission débute chez Bertrand, avec Caroline et Justine. Il faut se remémorer que le Bertrand, nous l’avons quitté quand il se disait avoir “l’impression d’être un connard”, juste après que Caroline lui ait annoncé qu’elle partait. Finalement, le lendemain, elle est toujours là, mais reste couchée et donc le pépère part à la traite avec sa vache Justine, habillée comme à la ville, petite veste cintrée et tout. Après qu’il lui ait expliqué qu’une vache ça fait des bouses et que des fois, ça fait même des bouses qui giclent, soit des arguments plus que convaincants, elle accepte d’enfiler le bleu de travail, qui ici est vert. Notre fermier sort alors son gros bâton tout dur pour diriger Justine les vaches.

Quand ils rentrent, Caroline est prête à partir et le prend à part pour lui redire qu’elle est amoureuse. Il fait le mec sensible mais confirme surtout ce qu’il disait précédemment, c’est un connard qui veut juste tirer Justine son coup un trait. Quand il dit qu’il va noter son téléphone, Justine surgissant de nulle part, crie un “je l’ai”, sous-entendu tu l’auras jamais! Il vient de rater sa saison le Bertrand…

Une fois seuls, Bertrand propose une soirée Pizza bière de l’amour au comptoir de son bar fétiche. Il en profite pour lui dire qu’elle lui plait énormément, elle en profite pour lui montrer qu’elle s’en tape complètement. Et là, spéciale dédicace du chanteur présent, un ami de Bertrand, une chanson où il est question de chichis et de bisous et puis d’amour, il devient flagrant que la Justine est en mode rewind, façon qu’est ce que je fous là… Et puis elle se rappelle que c’est juste pour passer à la télévision par amour, alors elle sourit à nouveau…

Le lendemain, seul dans le foin, plein de doutes, Bertrand ne veut pas que ça se passe comme d’habitude. Il veut une véritable histoire car là il est fou de love et tout. Bertrand, il faudrait qu’il arrête de nous faire croire que tous les soirs il lève une poulette et qu’il nique à tout va car c’est quand même le cliché du beauf…

Le soir, ce sera une sortie en cabaret et la rencontre des amis et de la soeur jumelle de Bertrand, mais surtout, il apprendra que Justine va l’inviter chez elle et là il sera véritablement tout fou de partout.

Nous retrouvons ensuite Thierry, marcel bleu, toque jaune et guilis dans l’herbe sont au programme de cette nouvelle journée. Et là, c’est la révélation du drame: Thierry et Bénédicte ont passé la nuit ensemble! Agitée la nuit… Le bonnet ne fait pas l’homme et l’homme une fois bourré, il est prêt à tout. Annie est choquée, moi aussi quand j’imagine la scène, quelle horreur…

Annie est triste, alors pour faire la paix, il lui propose d’aller faire la traite ensemble, ce qui est juste trop romantique, surtout lorsqu’il remet son bonnet bleu et jaune… Elle lui dit qu’il est pas le taureau avec ses vaches, le tout sur une musique douce et triste. Elles ne sont pas ses vaches, mais des femmes respectables. Sa réaction? Il se marre le bougre, avec ce rire subtil si caractéristique, fait de “ARHHH ARHHH ARHHH…” bizarres et bien gras. Pour elle qui dit que la fidélité c’est important, être trompée avant d’avoir été ensemble, c’est une première, bien balaise…

Bref, elle est vexée, alors Thierry décide de sortir la camionnette, boite deux vitesses, modèle 1920 et de lui confier le volant. Quand elle demande où il vont, j’ai envie de lui répondre “pas loin”, vu la gueule du truc…

Ensuite, Thierry l’emmène dans les prés, main dans la main, et pour lui promettre qu’il ne la trompera plus car il trouve qu’elle est la fille qu’il lui faut. Elle lui met le coeur à 180 alors que Bénédicte c’est que 69, c’est dire…

C’est en calèche qu’il va dire à Bénédicte qu’il regrette leur folle nuit d’amour et qu’il va garder Annie. Bref, si elle pouvait se casser, il serait bien content. Le lendemain, Bénédicte, qui a décidé de s’incruster, fait la vaisselle…

Annie marche bizarrement, Thierry, qui visiblement était célibataire depuis trop longtemps, précise qu’ils ont dormi ensemble et “ont fait une très belle nuit”, mais aussi “une très bonne douche le matin car c’est pas le tout de dépenser des calories”… Beurk, beurk, beurk ont été mes derniers mots, juste avant de vomir… Juste après, il est à genoux dans la grange, le slip bleu qui dépasse, avec une Annie qui se fait rouler dans les bouses la paille.

Pour la soirée restaurant, Bénédicte s’incruste toujours et eux font comme si elle n’existait pas. C’est juste étrange, mais moins que quand Thierry essaye de faire des phrases. Que des mots qui n’existent pas, je ne comprends rien… Sauf quand il dit à Annie qu’il voudrait faire un petit tour sur la seine, sur un petit bateau, avant un petit repas, sur une petite péniche…

C’est le tour de Jeanne, éleveuse de vaches, de brebis, et kiné. Et puis casse-couilles aussi, mais ça M6 ne le dit pas… Lucien et Jean-Marie sont dans la place et ce matin le trio part nourrir les vaches.

Quand Lucien répare une fourche, Jeanne veut planter le clou final, mais elle le plie dans le mauvais sens! Ca les occupe trente minutes, on s’ennuie un peu chez Jeanne.

Ensuite, entre Jeanne et Lucien, c’est Intervilles… Ils devraient libérer les vachettes pour l’épreuve du déroulé de meule, avec un Jean-Marie qui fait Guy Lux pour les départager. On s’emmerde toujours…

Le soir, c’est la fête avec les amis de Jeanne. Dont une Ginette, arborant un rouge à lèvres rose fluo mortel, mes yeux souffrent. La notion de fête chez Jeanne c’est comme si tu venais de perdre ton meilleur ami. Non, tous tes meilleurs amis, mais avec moins de fun en fait… Rajoutons une bonne petite soupe par là-dessus et puis une chanson d’amour…  Et bien l’amour du sud ouest c’est pas comme ici, vachement moins classe…

Le lendemain, les coquelets continuent de se bagarrer, mais quand même, qu’est ce qu’on se fait chier chez Jeanne, le moment fort du repas c’est quand Jean-Marie attrape une bouteille d’eau à table…

Nous retrouvons ensuite Michel-Edouard, le célibataire de l’extrême, avec sa Brigitte et sa Josiane et encore quelques images de la party de la veille pour bien nous faire rêver…

Le matin, les filles cherchent seules la confiture et constatent qu’il a ses habitudes… Ben non les courges, c’est juste un peu chez lui en fait… L’homme apparait enfin, claque des bises, mais oublie de fêter l’anniversaire de Josiane qui se vexe et ne sait pas ce qu’elle fait là. Qu’elle se rassure, nous non plus!

Michel-Edouard veut passer du temps en tête à tête avec les filles, les prendre séparément, chacune leur tour. Heu, fais gaffe à ce que tu dis quand même Michel-Edouard… Il va commencer avec Josiane, mais comme elle le trouve maladroit et peu attentionné et qu’il n’aime pas la critique, il ne parlera pas, c’est passionnant… Il va ensuite tenter de communiquer avec Brigitte et il le sent beaucoup plus avec elle, il a un faible pour elle. Elle le trouve touchant, son regard surtout, le même que celui de Droopy…

Le lendemain, présentation des parents à ses deux prétendantes. Ils font très vieux, Brigitte leur dit qu’ils font jeunes, mais en criant, au cas où ils seraient vieux quand même… En partant, Michel-Edouard serre la main à son père et fait dix-huit bises à sa mère.

Le soir ce sera restaurant pour fêter l’anniversaire de Josiane et bouquet de fleurs pour la miss qui joue la surprise comme au Cours Florent. Elle boit un peu et demande à Brigitte si elle n’a jamais couru nue sous la pluie… Il semblerait qu’elle boive beaucoup en fait…  Les deux filles le harcèlent de questions et il se ferme comme d’habitude. Josiane pleure, Brigitte boude, Michel-Edouard est muet. Elles se lèvent et quittent la table. Un peu les mêmes soirées que chez Jeanne, ambiance…

Josiane va se prendre une chambre à l’hôtel pour elle et Brigitte, Michel-Edouard se retrouve seul. Il jette Josiane “t’es une brave fille mais il ne se passera rien entre nous”. Les deux filles vont partir. Il va pleurer dans sa voiture pour sa Brigitte perdue. Mais au final, elle va rester encore une nuit. Je ne comprends rien du tout à cette histoire.

Allons chez Pierre, avec Frédérique et Inge, c’est un des rares à sembler normal cette année. Merci Pierre, accroche-toi!

Ce matin, tête à tête avec Frédérique pour un tour de carrosse tracteur. Il va lui confier le tracteur entre les vignes, elle se demande si c’est un signe ou pas. Je cherche mais je ne vois pas de quoi ce pourrait être le signe…

Allez, c’est au tour de Inge de faire le même parcours, ou presque, car elle trouve Pierre distant. Qu’à cela ne tienne, il lui dit qu’elle devrait partir et elle le prend bien, certainement contente de s’en sortir à si bon compte…

Le soir, nous retrouvons Pierre et Frédérique assis sur le bar, certainement un peu attaqués déjà… Maintenant qu’elle est seule, elle lui demande de ne plus la coller, qu’il faut y aller tranquille, même si hier elle parlait de cul toutes les deux minutes. Ils vont se coucher, chacun dans sa chambre, mais retournement, le lendemain ils sont crevés. La nuit a été consommée semble-t’il… Le gros bisou du matin confirme les choses. Pierre nous fait sa sainte-nitouche, prétextant que quand elle s’engage sur la voie du charnel, elle y va à fond, mais que lui ne voulait pas…

Direction l’aérodrome pour une visite vue du ciel et main dans ma main et papouilles de rigueur avant de rentrer pour recevoir les amis à dîner. Truc de fou, ils ont tous des têtes normales! Mais que fait Pierre dans cette émission?

Il termine en se présentant  devant la caméra pour dire qu’il est amoureux, tandis qu’en second plan, ça chante, ça danse sur la table, ça chante encore, bref, ça tise grave…

La prochaine émission annonce un coup de tonnerre chez les jumeaux qui vont jeter les deux maquilleuses venues pour Jo, une Annie draguée par un Bernard qui danse avec un balai, un Dany insupportable et des bisous dans tous les sens.

Je note que j’ai trois émission de retard maintenant et je vais sûrement faire dans le condensé pour celles-ci. Je trouve que c’est carrément plus très drôle tout ça, l’émission me semble de plus en plus longue à chaque fois. Le concept est usé et ça commence à se voir.