Mon premier véritable Fan, un délice d’amour

Publié le 7 septembre 2012 par Dracko. 9 Commentaires

BisounoursUn admirateur secret m’a envoyé un mail pour me dire tout le bien qu’il pensait de moi et de mon Blog. J’ai tenté de lui répondre, mais il semble que l’adresse n’existe pas, c’est en tout cas ce que me dit GMail avec un splendide “Failure Notice – Sorry, we were unable to deliver your message to the following address.”

Je vais donc être obligé de lui répondre directement ici, car je ne voudrais surtout pas être la source d’un nombre interminable de nuits d’insomnies et d’attente.

Voici donc son message :

De: Sylvain (sylvainmaudou@gmail.com)

Cher Dracko?,
Je suis tombé sur votre site un peu par hasard (oui permettez moi de vous vouvoyer c’est ainsi que je m’adresse aux personnes sans intérêts) et contrairement à ce que dit la maxime : le hasard ne fait pas bien les choses. D’ailleurs à propos d’affirmations inappropriées, je tenais à souligner que le titre de votre blog est spécialement inadapté vu le contenu insipide de l’ensemble. Je pense que “Vraiment mais alors vraiment rien à dire” ou “A la découverte des abysses insondables de mon manque d’intelligence, de pertinence et d’esprit d’analyse” serait plus pertinent.

Je sais c’est un peu sévère cette entrée en matière et je m’en excuse mais en fait j’essaie (bien modestement c’est vrai et sans votre aisance dans les erreurs de syntaxe, la pauvreté de vocabulaire et le manque de cohérence de votre œuvre) de me hisser à la hauteur de vos articles, c’est-à-dire critiquer gratuitement et sans argumentation. Le pire (enfin difficile d’employer le superlatif avec vous car j’ai vraiment l’impression qu’il y a plusieurs « pire »), c’est que ce n’est même pas drôle. En effet je suis assez friand d’un certain humour mâtiné de causticité ou d’un certain cynisme mais avec vous, c’est juste bête et méchant.

Un autre petit détail mais qui a son importance, quand on veut être critique, il vaut mieux éviter par ailleurs les affirmations dignes des bisounours telles que « Voir la Lune accrochée au ciel, et de se dire qu’une toute petite poignée d’hommes à été dessus un jour ». Disons que ça casse un peu le mythe, on ne peut pas jouer sur tous les tableaux…

J’ai aussi particulièrement apprécié les dénigrements sur le physique des gens, ça c’est vraiment du grand art, surtout pour quelqu’un qui comme vous avance courageusement à visage découvert et sans pseudonyme (hein Monsieur Dracko ? Pas facile comme nom à porter tous les jours). Mais là j’exagère un peu car c’est avec une mauvaise foi déconcertante que je vous écris également sous couvert d’anonymat (allez y, faites vous plaisir en essayant d’imaginer qui je suis).

Encore une chose, quand on veut tourner des inconnus en dérision en se moquant d’eux, ne pas exposer ses propres doutes me paraît évident. Citons par exemple : « si tant est qu’un jour j’ai des lecteurs! », sorte d’appel à la clémence des éventuels lecteurs. Encore une fois et au risque de me répéter, on ne peut pas jouer sur les deux tableaux.

Pour terminer, après toutes ces remontrances un brin gratuites, méchantes et faciles (à l’image de vos propres commentaires), je vais essayer d’avoir un avis objectif sur votre blog (je sais que le concept vous est totalement étranger et risque donc de vous choquer). La réussite d’un tel site se mesure au nombre de mentions « j’aime » sur facebook, or la page qui vous concerne le plus (je pense sans trop me tromper) s’intitule « moi » et ne compte que… 20 de ces mentions… Si j’étais cruel, je dirais « vive la famille » mais comme je ne le suis pas, je n’ajouterai rien de plus.

Enfin, j’espère vivement recevoir une réponse de votre part relevant les éventuelles fautes qui auraient pu se glisser dans mon texte, m’agonisant d’injures ou d’inimitables critiques sur mon hypothétique personne comme vous en avez le secret. Votre missive se retrouverait alors judicieusement dans mon album entre la biographie de Mickaël Vendetta et les paroles de chanson de Franky Vincent, plusieurs échantillons qui me confortent dans l’idée qu’il faut vraiment de tout pour faire un monde.

Mais j’ai assez abusé de votre précieux temps, je vous laisse vous contempler le nombril, probablement votre activité favorite. Et comme je ne suis pas aussi vilain qu’on pourrait le penser je vous souhaite même une longue et agréable vie de basse médiocrité (désolé, je n’ai pas pu m’en empêcher, voyez y un dernier hommage à votre prose, ah non c’est vrai vous vous auriez noté « de merde »).

Sylvain

PS : Je vous concède cette victoire : en principe quand je n’aime pas quelque chose, je ne m’y arrête pas (d’ailleurs vous devriez suivre mon exemple). Là vous pouvez vous vanter de m’avoir fait perdre 10 minutes de ma vie à vous écrire. Je vais de ce pas me réconcilier avec moi-même et donc ne plus jamais ouvrir votre blog.

 

Et voici ma réponse :

Très cher Sylvain,

Ayant un tas d’autres priorités que mon Blog, ma réponse arrive un peu tard, mais pas trop…

Quelle passion dans votre message presque plus long que mes articles, c’est limite flatteur. Votre analyse de mon oeuvre est passionnante, et si j’osais, je reprendrais à mon compte la citation d’un buveur e bière bien connu en vous disant qu’elle en touche une sans faire bouger l’autre. Mais je vais très modestement rester sur l’idée qu’à un moment donné j’ai été un mythe pour vous. Si seulement mon côté Bisounours n’avait pas tout gâché…

En tout cas, vous êtes la preuve que j’ai des lecteurs, enfin j’en avais au moins un il y a peu…
Il faudra que je jette un oeil à la page qui selon vous est importante car je l’avais oubliée celle-là et je vous concède que le nombre (impressionnant) de mes Fans Facebook est effectivement plus que louche. Ma famille n’ayant pas autant de membres, je soupçonne que certains aient créé plusieurs comptes pour me faire plaisir (merci maman).

J’ai essayé de ne pas dire de grossièreté, mais c’est difficile de rester concentré en se regardant le nombril, la position n’étant pas idéale pour utiliser un clavier. Et puis ce miroir qui me dit en permanence que je suis beau, fort et intelligent ne fait rien pour m’aider. Comme la vie est compliquée, comme je vous envie de ne pas avoir ces problèmes…

Bref, c’est mon Blog, j’y fais ce que je veux et quand je veux et on peut me lire ou pas. Si mon humour ne touche pas, si ma vision des choses déplait, ce n’est pas bien grave. En fait, je m’en contrefiche d’une force que mon faible vocabulaire ne saurait
retranscrire. Mais fort quand même, hein…

Je vais donc vous souhaiter une très belle vie, pleine de bonnes et belles choses, et puis vous faire une grosse bise.

Adieu.

Dracko.

PS : J’étais en congés à l’étranger, donc loin de tout ça, mais je vais essayer de poster très vite, je ne voudrais pas que tous mes Fans s’inquiètent!