La mention qui tue sur un DVD/Bluray

Publié le 2 juillet 2012 par Dracko. Commenter

Bluray DVD - PlayerAujourd’hui j’avais juste envie de râler contre la bêtise crasse des vieux titulaires de monopoles et d’un système qui ne comprend rien à l’évolution du monde et des médias.

Depuis le lancement du DVD et jusqu’au Bluray d’aujourd’hui, il nous a été expliqué que c’était génial de pouvoir naviguer dans les options, les bandes son, le film et ses chapitres, comme on le voulait. C’est pas faux, mais alors dans tout ce modernisme, pourquoi nous gonfler avec des textes et des messages anti-contrefaçon impossibles à passer?

FBI WarningJ’ai toujours été agacé par ces mentions qui apparaissent au lancement d’un film acheté légalement car, vous savez comme moi que cette mention n’est jamais copiée. Cela ne gonfle que ceux qui achètent ou louent honnêtement des films, sur les copies c’est même la première chose supprimée par les rippers.

C’est marrant d’ailleurs, en lisant le texte (faites-le au moins une fois pour la déconne), il apparaît clairement qu’il est moins dangereux de tuer quelqu’un que de pirater un film ou un morceau de musique. Une logique implacable, un sens des priorités qui fait que parfois c’est un peu visible le lobbying derrière tout ça… Impossible donc de passer cette chose qui ne sert à rien et parait durer des plombes, et moi ça me gave à chaque fois…

Intouchables copie des CésarsJe repense à la presse s’affolant au moment des Césars sur les fuites du Coffret DVD César. C’est un master box VIP à destination des membres du jury des Césars, soit 3000 professionnels qui reçoivent ce coffret avec l’ensemble des films du concours. Polisse et Intouchables ont immédiatement été diffusés, copiés en qualité DVD. Le pirate, ou tout du moins son fournisseur, était l’un de ces 3000 possesseurs du coffret VIP, un professionnel donc, un de ceux qui pestent sur les méchants pirates de la toile… Il n’y a pas les mentions sur leurs masters? Il serait bon de commencer à balayer un peu devant la porte…

Polisse copie des CésarsJe pense que nos gérants de droits devraient réaliser que les gens ne peuvent tout à la fois acheter des disques, acheter des DVDs, aller au cinéma, aller aux concerts, acheter des jeux vidéos, etc… Il y a de nos jours beaucoup de produits culturels et le pouvoir d’achat n’étant pas infini, il s’est réparti. Il est utopique de penser que tout doit progresser comme avant. Non, les gens font des choix et au lieu d’acheter trois albums, ils vont prendre un DVD et un album, ou bien un jeu vidéo, ou bien juste le morceau qu’ils aiment sur iTunes, sans les neuf autres (qui servent uniquement à justifier l’existence d’un album…). Bref, le monde change et les majors et autres sociétés de gestion devraient revenir dans le monde réel. En créant des offres légales accessibles et en arrêtant de vendre un film dématérialisé à 9,99 euros, car c’est clairement ne rien comprendre et continuer à vouloir s’enrichir sans réfléchir… Visez donc le peuple plutôt que l’élite et vous verrez que les consommateurs achèteront régulièrement, bien confortablement assis dans leurs canapés.

Etant donné que depuis quelques années, la nouvelle mode est de nous créer des taxes d’aide à la culture (sur les supports entre autres choses), la licence globale serait aussi une solution à mon sens, même si elle est loin d’exister ou de tout régler. Elle nous donnerait un droit lié à un paiement là où toutes les taxes actuelles et à venir ne nous apportent rien mais existent tout de même.

Bon, je ne vais pas taper sur l’industrie du disque, elle se débrouille très bien pour le faire toute seule très régulièrement car financer comme cela a été fait une carte musique jeune avec mes impôts pour engraisser encore M. Pascal Nègre et ses amis, en temps normal ça me saoule, en temps de crise et de plans de rigueur, ça m’énerve fortement!

L’objectif premier de la carte musique est de faire découvrir l’offre légale de musique en ligne en France, afin d’assurer la pérennité et le succès de l’ensemble de la filière” disait Frédéric Mitterrand en 2010. Moi je dis que c’est prendre de l’argent pour engraisser une industrie qui ne fait rien pour évoluer. Hadopi, Carte Musique et maintenant l’idée qui se répand de faire payer les fournisseurs d’accès internet (FAI), allons-y gaiement, il doit rester encore quelques pièces jaunes au fond des poches françaises. C’est tellement une priorité de sauver les majors… 25 millions d’euros dépensés pour cette carte et il est déjà admis que ça a été un flop. Plus de 12 millions d’euros pour les débuts d’Hadopi, et là aussi, pour si peu de choses…

Bref, ce sont encore une fois les impôts des particuliers qui vont financer des structures dont le seul but est d’assurer les revenus de quelques sociétés s’accrochant désespérément à leur business modèle préhistorique. Elles sont mortes et ne le savent pas encore…

La nouvelle idée actuelle est de faire payer la redevance à ceux qui possèdent un ordinateur, même s’ils n’ont pas de télévision, au prétexte qu’ils pourraient la regarder dessus. Ce monde est complètement taré il me semble, on va taxer sur des suppositions, c’est génial…

WarningJe pourrais continuer des heures, les exemples ne manquent pas, mais à la base je voulais juste pester contre les messages hypocrites et chiants : messieurs les professionnels, j’ai acheté mon film, je n’ai pas envie de me taper vos merdes avant…

Par contre, oui, il faut payer pour la culture, mais essayez de comprendre que le juste prix n’est pas dans l’excès.