The Artist, le film

Publié le 28 octobre 2011 par Dracko. 2 Commentaires

The Artist - Le FilmMichel Hazanavicius est un peu fou de faire du cinéma muet à l’époque des films en 3D. Mais pour ma part, après quelques minutes, je me suis laissé emporté par les images et leur mise en musique. Le film repose avant tout sur l’excellent Jean Dujardin, parfait en acteur de muet dépassé par l’arrivée du parlant, mais aussi sur Bérénice Béjo, non moins excellente en jeune star montante. Les seconds rôles principaux sont confiés à John Goodman et James Cromwell, aidés par la star à quatre pattes du film qui interprète le rôle de Jack le fidèle compagnon du héros. Si vous mixez tout cela avec un peu d’humour et d’amour, vous obtenez un superbe hommage aux films d’antan.

The Artist - Le FilmÀ Hollywood en 1927, George Valentin (Jean Dujardin) est un acteur très célèbre, une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. De son côté, Peppy Miller (Bérénice Béjo) est une jeune figurante. L’arrivée du cinéma parlant va bouleverser leurs vies. Lui, tombera dans l’oubli et elle deviendra une star. Le film raconte leurs destins croisés, et comment la célébrité, l’orgueil et l’argent seront autant d’obstacles à leur histoire d’amour.

The Artist - Le FilmThe Artist est un mélodrame sur la fin d’une ère, sur les sentiments humains et la mélancolie. C’est un film romantique qui prouve que le cinéma est une affaire d’images et de sons. Je suis allé voir ce film parce-que j’aime Jean Dujardin et que j’étais curieux de voir le résultat de cette aventure. J’ai été bluffé, parce que sans dialogues, juste avec de la musique, rien de l’histoire ne nous échappe. The Artist - Le FilmAucun son direct, pas même celui d’un verre posé sur une table de la même matière. Il n’y a rien d’autre que de la musique.

Une musique parfaitement adaptée aux images et “dialoguant” tout le film. C’est perturbant au début, puis on s’habitue. La salle entière s’y habitue d’ailleurs, les gens ont les mêmes réactions devant les images, au même moment, le message passe, sans paroles. A la fin du film, c’est surprenant d’entendre les acteurs respirer d’abord, puis parler ensuite. Comme si on nous indiquait qu’il fallait revenir dans la vie réelle, quitter ce temps que nous n’avons pas connu. Et cela fonctionne, j’ai été perturbé d’entendre sons et voix durant cette dernière minute de film. C’est comme si la sorcellerie du film s’évaporait d’un coup devant la réalité du temps, un temps qui est passé depuis longtemps.

The Artist - Le FilmThe Artist - Le FilmAvec ce film, Jean Dujardin a obtenu le prix d’interprétation masculine au festival de Cannes 2011 et c’est amplement mérité. En plus de me faire mourir de rire dans “Un gars, une fille”, “Brice de Nice” ou encore la série des “OSS 117”, il montre régulièrement qu’il n’est pas qu’un comique facile, contrairement à d’autres stars comiques du moment (en phase de descente pour la plupart d’ailleurs…). Tant que j’y pense, dans un tout autre genre, je vous conseille de voir Contre-enquête, mais surtout, laissez-vous tenter par The Artist, c’est surprenant. Et puis, pour peu qu’on accepte de perdre ses repères modernes, c’est un très beau film, plein de tendresse.

The Artist - Le Film