On n’est pas couché

Publié le 28 septembre 2011 par Dracko. 6 Commentaires

On n est pas couché - Laurent RuquierSamedi soir, après un changement de chaînes aléatoire, je suis arrivé sur France 2, et plus particulièrement sur l’émission de Laurent Ruquier, “On n’est pas couché”, que je n’avais pas regardée depuis longtemps.

Laurent Ruquier me fait parfois sourire, mais la plupart du temps, je ne suis pas client. La bonne surprise a été de voir que Gérard Darmon, trop rare dans les médias à mon goût, était l’un des invités. J’ai décidé de regarder l’émission jusqu’à son passage.J’ai trouvé le spectacle désolant, et je n’aime pas l’idée que mes impôts financent en partie la chose.

Je suis le premier à être cynique, à rire de tout et tous, à rebondir sur tout ce qui le permet, même si ce n’est pas politiquement correct. Par contre, je ne comprends pas ceux qui sous prétexte de vouloir se donner un genre, reçoivent des gens sur un plateau télévisé juste pour les blesser, humainement. Que l’on puisse ne pas aimer le travail d’un artiste, ou de quelqu’un qui pense ou prétend l’être, c’est normal. Que ce soit dit est tout autant normal. Mais que ce soit dit sur invitation, pour faire mal, sans argumentation et sans savoir quand il convient de s’arrêter, c’est juste misérable. Comme toujours, dans cette émission on invite des gens pour pouvoir les provoquer. Comme si tout était mauvais, comme si c’était une mission sacrée de chercher l’endroit où il faut appuyer pour faire mal. Zemmour et Naulleau, aimés ou détestés, pouvaient se prévaloir d’une véritable culture, ils avaient des arguments, recevables ou pas, pour justifier leurs positions. Pulvar et Polony, cherchent maintenant à reproduire le même type de duo, mais sans avoir les mêmes ressources culturelles. Le niveau a fortement baissé, l’attaque perd en crédibilité et tombe très vite sur l’individu au lieu du produit de celui-ci. Je suis cartésien, si on n’aime pas l’individu, on ne l’invite pas pour sa promotion. D’un autre côté, je ne vois pas pourquoi ils continuent à venir ces invités, mais c’est un autre débat.

On n est pas couché - Clash Hondelatte - PolonyJ’ai donc trouvé qu’elles avaient non seulement peu de culture, mais encore moins de répartie. Sous couvert de critique, elles se sont juste révélées méchantes, sans argumentation concrète, ne faisant référence qu’à des impressions ou des rumeurs. Elles s’attaquent donc très vite à l’homme plutôt qu’à l’oeuvre de celui-ci. Elles l’ont surtout fait avec Christophe Hondelatte, cible facile. Il voulait faire de la musique et a osé le faire. Je ne juge pas le disque, je n’ai entendu que Dr House et je n’aime pas. Par contre, il est gratuit sur le site de l’interprète, alors je l’ai chargé et vais l’écouter tranquillement pour connaître les autres morceaux. Bon ou pas, cela n’enlève pas le travail qu’il y a derrière, car visiblement dans ce cas, il y a beaucoup de travail, de temps et d’argent personnel dans le disque. Je ne comprends pas l’intérêt qu’il peut y avoir à énoncer des lieux communs, à revenir sur des frasques passées qui n’ont rien à voir et d’en tirer des conclusions vides de sens et pertinence. Le but n’est certainement que de provoquer la réaction de la cible, de passer au zapping sur Canal+…

Elles ont aussi tenté de provoquer Gérard Darmon (je vais faire un article sur lui dans la foulée) et Franck Dubosc, mais sans succès et ont même été calmés par Laurent Ruquier, sentant bien lui aussi que le niveau était faible et le début d’attaque non fondé.

Tout cela pour dire que j’ai assisté au clash entre Hondelatte et deux chroniqueuses qui m’ont semblées méprisantes et fausses à chaque seconde de leurs interventions. Je ne juge pas les personnes, mais le style qu’elles se donnent et qui n’est pas le leur. Si on veut du Zemmour et Naulleau, on garde les originaux, dans le cas contraire, il serait bon d’avoir une véritable personnalité.