Super 8, le film.

Publié le 29 août 2011 par Dracko. 8 Commentaires

Super 8 - Le Film - L'AfficheCe soir, nouvelle émission culturelle sur M6, mais en attendant, quittons un moment la télé-réalité pour le cinéma.

Pour résumer : j’adore le cinéma! Je peux dévorer des tonnes de films en salle ou dans mon salon, et aimant aussi bien les comédies que les films d’auteur, j’ai toujours été friand des blockbusters américains. Ils sont toujours un catalogue de méchants pas gentils et de gentils jamais méchants. Bon public mais cinéphile, il y a un énorme tas de navets que je n’irais jamais voir, ce n’est vraiment pas ce qui manque. Pour moi, le cinéma doit permettre de passer un bon moment et suivant le type de film, je sais à quoi m’attendre et y vais en connaissance de cause. Ainsi, pas question d’aller voir un Transformers pour me plaindre du scénario pourri en sortant de la salle. Je n’ai jamais compris l’intérêt de dépenser son argent dans ce cas. Si c’est juste pour sortir de la salle et se plaindre de la pauvreté des choses, j’ai envie de dire qu’on le sait avant d’y aller que l’histoire est un prétexte à mettre en scène des robots et des explosions. Tiens, je viens même d’en résumer le scénario sans faire exprès! Au contraire, si on y va, c’est pop-corn à la main et cerveau au vestiaire pour s’en mettre plein les yeux! Notez au passage que je vous parle de ma vie, mais en même temps, c’est mon blog, je fais ce que je veux !

Revenons au thème de ce billet, je suis donc allé voir Super 8. Alléché par les teasers depuis plus d’un an et encore plus par les bandes annonces récentes. En vérité, dès que j’ai vu qui était aux commandes, j’avais hâte d’y être!

Je n’ai pas la prétention de faire le critique (qui suis-je pour ça), ni un résumé (Allociné le fait si bien), mais juste de donner mon sentiment. Si vous ne l’avez pas vu, arrêtez de lire maintenant car je risque quand même de spoiler. Vous êtes prévenus…

C’est évident que J.J. Abrams a mangé du Spielberg comme moi quand il était petit. C’est simple, j’avais l’impression de revenir des années en arrière, de voir un mélange des Goonies, d’E.T. l’Extraterrestre et de Rencontres du troisième type. C’est toute mon enfance qui m’est revenue devant le grand écran. Le scénario est prévisible, je le savais. C’est un mixe de déjà vu, je le savais aussi. Rien n’est réaliste, aussi, oui. Bref, vous avez compris, je sais tout, ce n’est pas facile des fois, mais je prends sur moi…

Super 8 - Le Film - ActionSuper 8 - Le Film - DejeunerSuper 8 - Le Film - Bande de Potes

Et bien tout ça je m’en fiche, j’ai passé un super moment pour plein de raisons comme je le disais plus haut (suivez un peu quand même!), dont beaucoup liées à mes souvenirs. A une certaine nostalgie du temps de l’insouciance, lui-même enjolivé par des souvenirs où on réinvente ce qu’on a réellement fait. Au point parfois de croire qu’on les a faits pour de vrai ces choses-là… J’ai aussi aimé parce que les histoires avec des bandes de gosses à qui il arrive des trucs extraordinaires, ça me plaît toujours. Lorsqu’en plus c’est bien filmé, avec une lumière et des images superbes, que demander de plus pour passer deux heures agréables sans se prendre la tête?

J’ai trouvé le mélange du côté rétro et des effets spéciaux modernes excellents, c’est la rencontre de deux époques avec tous les ingrédients des films façon début 1980 : une bande de copains, des aventures, de l’amour, du fantastique, des explosions, l’armée pas gentille et pleine de secrets et puis aussi, dans le rôle de la cerise sur le gâteau, un extraterrestre! Bon, ça reste un blockbuster américain avec sa morale sur la famille, les valeurs de la vie et la force du pouvoir tout puisant des bons sentiments, etc. Mais on s’y attend à tout ça, soyons honnêtes, ce serait presque décevant de ne pas l’avoir dans un tel film.

J.J. Abrams a été nourri au Spielberg étant petit, et il raconte un peu leur histoire commune. Son héros, durant l’été 1979, passe ses nuits à tourner des films en compagnie de sa bande de copains. Ce héros n’est pas le gamin réalisant les films, mais celui qui s’investit dans les costumes, les décors, celui qui reste l’homme de l’ombre dans leur film (à ce propos, il faut rester bien installé sur son fauteuil pour regarder le générique…). C’est lui qui représente ce qu’étaient les deux réalisateurs qui aujourd’hui nous font rêver dans des salles obscures partout dans le monde. Tous les gosses rêvent d’aventures comme celles que va vivre cette bande de copains. Bon, certes, des fois c’est trop très gros ce qui leur arrive, mais en même temps, Super 8 n’est pas fais pour être vraisemblable, c’est fais pour avoir les deux même heures de plaisir que l’on avait en lisant le Club des Cinq. Que des choses impossibles dans la vraie vie, mais on s’en tape allègrement. En tout cas, je le vois comme ça, alors j’avais l’air béat de l’illuminé pendant les deux heures de film et je me suis régalé.

Super 8 - Le Film - Famille

Pour ceux, qui veulent réfléchir avec des choses sérieuses au cinéma, il y a sûrement un magnifique film d’auteur quelque part. Pour les autres, qui comme moi savent que J.J. Abrams ou Spielberg ne sont que des amuseurs, je vous assure que vous allez passer un très bon moment de “cinéma vintage”.